Dewarrat (patronyme)

De Dewarrat's Wiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Origines

Le patronyme suisse Dewarrat est originaire de la commune d'Attalens[1], située tout au sud du District de la Veveyse, dans le Canton de Fribourg en Suisse.

La famille s’est étendue sur la commune voisine de Bossonnens[1],[2] vers 1830 en y prenant la bourgeoisie.

Une branche de la famille a émigré dans les années 1860 aux Granges-la-Battiaz, un hameau du village de Chavannes-sous-Orsonnens[1] (depuis 2001 dans la commune de Villorsonnens), avec la bourgeoisie de ce lieu. L’incendie de la ferme en 1918 fait quitter cette branche qui s’établit alors dans le village de Vuisternens-devant-Romont, sans jamais en prendre la bourgeoisie de ce lieu pour autant[3]. Au XXIe siècle, cette branche s'est répartie en Suisse Romande.

Au XXe siècle, des familles établies sur le Canton de Vaud ont pris des bourgeoisies à Lausanne et Paudex[1].

Étymologie

Dewarrat provient par ses variantes du hameau Vuarat, éponyme du Mont Vuarat, tout deux sur la commune d'Attalens[4],[3].

Ce patronyme n'est pas porté historiquement par des habitants du petit hameau de Vuarat, mais du hameau de Tatroz (Tattroz, Tattraux), plus au nord[5].

Variantes

Il n’y a pas de variante vivante, mais des orthographes historiques :

  • de Voarax (1529)[6]
  • de Wuarrat[7]
  • de Vuarat
  • Devuarat

Mal orthographié, ce patronyme peut apparaître dans certains documents (presse, recensements,...) sous : ‘devarrat’, ‘devarrat’, ‘dewarat’, 'dewarraz’, ...

Prononciation

\də.va.ʁa\, éventuellement \də.vɑ.ʁa\, comme si écrit ‘devara’, le ‘e’ comme dans ‘le’ ou ‘de’ et le ‘w’ comme dans ‘wagon’ en Suisse ou en France (et non pas comme en Belgique comme dans ‘kiwi’ ou dans ‘wapiti’ ou ‘watt’)

Histoire

L'ancêtre le plus éloigné connu actuellement est Jean de Vuarraz, qui vécu à cheval des XIVe et XVe siècles, cité dans le Dictionnaire historique de Dellion[8] :

Il donne comme caution son frère Jacquet Burdin et Jean de Vuarraz. 7 février 1426 (Arch. de la cure).

Au début du XVIIe, Georges de Wuarrat est châtelain d’Attalens, repris par son fils François Joseph. Dès la moitié du XVIIe siècle, des Dewarrat seront notaires de père en fils, et ceci dès Pierre jusqu’à. Ensuite le patronyme redeviendra nettement plus païen vraisemblablement suite à la Révolution.

Entre les recensements de 1836 et 1839, Jacques obtiendrait la bourgeoisie de Bossonnens. Des bourgeoisies vaudoises sont prises à Paudex en 1957, puis à Lausanne dès l'année suivante [9] Une bourgeoisie à Rueyres-Treyfayes [10] est citée en 1852, mais aucune mention n’en est faite dans les recensements de ce lieu à cette période.

Dans les années 1870, Pierre Ulrich Siméon Dewarrat quitte le pays pour s'établir à Paris, il semble être le premier à s'expatrier. Il eut trois enfants, deux garçons décédés en bas âge, et une fille.

Au milieu du XIXe, René E. Dewarrat part en Amérique du Nord et s’établît finalement en Californie, de cette branche, quelques personnes possèdent ainsi le patronyme aux Etats-Unis.[11]

Héraldique

Armoiries des Dewarrat

Écartelé aux 1er et 4ème de gueules et aux 2ème et 3ème d'argent, un lion de sable couronné du même brochant sur le tout.[12] Le lion se retrouve sur les armoiries d'Attalens, qui pourrait les avoir héritée de la Famille de Blonay ou et de la région du Chablais. Les couleurs rouge et blanche seraient liées à celles de la Savoie[3].

Personnalités

Généalogie

Une généalogie est tenue à jour des descendants de Maurice Dewarrat, né dans la dernière moitié du XVIe siècle.

Occurences

‘Dewarrat’ est un patronyme rare, quasiment uniquement rencontré en Suisse Romande. Près de la moitié (46%) de ses porteurs (~371 au total) seraient établies dans leur canton d’origine, Fribourg, et en particulier dans la Veveyse (où son rang serait en 27e position des patronymes portés). Un tiers des porteurs sont établis dans le Canton de Vaud, particulièrement sur l’Arc Lémanique, suivi de Genève (11%) et Valais (7.5%).

Quelques personnes le porte dans l’Ouest des Etats-Unis (2%)[13].

Si ce patronyme est apparu au XXe siècle dans quelques actes officiels en France, il semble y avoir maintenant disparu.

Liens externes

Modèle:Portail

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Le Répertoire des noms de famille suisses, un service du Dictionnaire Historique de la Suisse, Schulthess Polygraphischer Verlag, Zürich, 3e édition 1989, volume 3, xvii, 2084 p. ; 24 cm. (FHL microfiche 6053507)
  2. "Suisse, Fribourg, Recensement, 1839," images, FamilySearch ([1] : 22 May 2014), Châtel-St-Denis > DI IIa 35 > image 1 of 1; Archives de l'Etat de Fribourg (Fribourg State Archives, Fribourg)
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Transmission orale dans la famille
  4. Les Savoy sont des Dewarrat, Journal La Gruyère, 18 juillet 2013
  5. Registres de paroisse d'Attalens (Baptêmes, Mariages, Décès), microfilm 7557, 7558 aux Archives de l’État de Fribourg
  6. Mais d'où viennent ces noms de familles fribourgeois (9), La Liberté, p.5, 21.7.1975
  7. Plans géométriques du baillage d’Attalens, partie Tatroz, Cote: CH AEF E 4 aux AEF (Archives de l’Etat de Fribourg)
  8. Dellion, Apollinaire, Dictionnaire historique et statistique des paroisses catholiques du canton de Fribourg, Volume 1, p. 166
  9. Le répertoire des noms de familles suisses
  10. État des noms de famille des bourgeois et habitants du Canton de Fribourg (Archives Google)
  11. Documents de RenéE. Dewarrat
  12. Blason déposé aux AEF et Armorial vaudois 1936-1996, François J. Rappard
  13. https://forebears.io/surnames/dewarrat

Droit d’auteur

Les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions (CC-BY-SA-3.0)